SAINT SIMON

6c5bff3c 1524 4d64 a856 b1857dada483

S A I N T   S I M O N


BIOGRAPHIE


Saint Simon est un artiste né le 10 septembre 2000, à Pau, dans le sud-ouest de la France. 

Son premier choc artistique subvient lors de ses 4 ans. Il assiste à un ballet donné par l’école où ses soeurs apprennent la danse classique. Eblouis par la danse, la musique, les costumes et la mise en scène, sa vocation commence à se dessiner. 

Ce sera à ses 7 ans qu’il rentrera au conservatoire de sa ville natale. Il y apprendra la danse classique et contemporaine. Il y approfondit également son goût affirmé pour la musique classique (Offenbach, Mozart, ou encore Bizet), pendant que ses parents écoutent de la pop anglaise des années 80, du rythme and blues des années 60, ou même du reggae. 

Il découvre aussi l’accordéon, qui lui permettra de s’initier au solfège et à une pratique purement musicale. Cependant, il y mettra fin au profit de la danse.

Ses premiers pas vers le chant se font à ses 10 ans. Il intègre la chorale de son collège qui se produit dans des zéniths locaux. Pendant 2 ans il élargira son univers musicale, sa culture et sa connaissance de la musique, vers un registre plus actuels (chanson pop, variétés françaises, jazz, musique du monde).  Parallèlement, sa découverte d’internet lui permet de découvrir également la culture américaine, les divas, les pop stars du moment, les shows démesurés et les possibilités d’ouvertures musicales et artistiques. 

Paradoxalement à un rapport à la musique affirmé, ce sera par la mode qu’il entreprendra concrètement sa vocation artistique. 

En effet, c’est après avoir vu le documentaire « Karl Lagerfeld se dessine » en 2013 qu’il prend conscience que les métiers de la mode seraient peut-être le moyen de mettre en oeuvre ses nombreuses idées d’univers excentriques, ses envies de mise en scène décalés, de costumes opulents et de décors fantastiques. 

C’est alors qu’il commence le dessin, à 13 ans, et s’investit de plus en plus dans cette nouvelle passion. Il apprend parallèlement la couture au près de sa mère et d’une couturière qui lui donnent certaines bases, et lui ouvre un nouveau chemin. 

Arrivé au lycée, il entame une filière littéraire, et se spécialise en Arts-Plastiques. Lors de ces deux dernières années de lycée, il expérimente un nouveau dialogue artistique : l’art plastiques. Ce qui lui permet d’essayer de nouvelles choses : la peinture, la sculpture, la vidéo, et la photo. Son bac en poche, il reste pragmatique, et continue le chemin qu’il a entamé vers la mode. En 2017, il quitte Pau pour Bordeaux et rentre à ESMOD, dans la filière stylisme-modélisme. 

Malgré la passion de la mode qui l’anime, il prend conscience que c’est ailleurs qu’il pourra s’épanouir. Il quitte son école en milieu d’année, monte à Paris pendant 2 mois et tombe amoureux de cette ville. Encore mineur, il retourne chez sa mère. A la recherche de sa voie, il entame une introspection pour savoir quel domaine pourra lui permettre de pleinement s’épanouir. Il passe l’été à Biarritz chez sa grand-mère, y trouve un travail et économise dans le but de s’installer à Paris. 

Il s’installe définitivement à Paris en septembre 2018.  Après avoir trouvé un travail dans la restauration de luxe, il souscrit des coachings vocaux, et retourne progressivement vers ses premiers amours de jeunesse : la musique et la danse. Quelques expériences sur la scène de son école de musique, et des enregistrements studios le conforte dans le chemin emprunté. 

C’est ainsi qu’il décide de rentrer fin d’année 2019 dans une école de musique professionnelle : le CFPM. Il y rencontre son producteur Phillipe Rzepka, qui le présentera au Téléthon de Champlan (6 décembre 2019), pour y jouer ses compositions. Ces dernières sont influencées par la pop anglophone des années 70/80, le rythme and blues des années 60, mais aussi la musique de ballet du XIXème. Il charge également sa création de dynamique conceptuelle. En effet, Simon souhaite à travers la musique s’exprimer artistiquement dans le but de créer un lieu de rencontre, d’expression et de liberté, dans une logique parnassienne, entre fantaisie et pop art.